Paon Bleu

Paon Bleu

Le paon bleu est un oiseau de l’ordre des galliformes et de la famille des phasianidés.
Il vient d’Asie et en particulier d’Inde où il existe toujours à l’état sauvage. À partir de l’Antiquité, il a été élevé, domestiqué et introduit petit-à-petit en Europe et dans d’autres régions du monde en raison de beauté et comme un oiseau de parc ou de basse-cour.

La femelle du paon est la paonne, ce qui se prononce « pane ». Les petits se nomment les paonneaux.

Son nom scientifique Pavo cristatus (Linné, 1758) fait référence à la « crête », la huppe disposée en éventail que le mâle et la femelle portent sur la tête.

Le mâle est connu pour faire la roue à la saison des amours, comme les autres espèces de paon. Il a jusqu’à 150 plumes longues très colorées sur sa queue. Les femelles ont des plumes plus courtes et brunes, et n’ont pas de traine.

Le cri du mâle est très reconnaissable et chez les francophones, on entend son cri comme le prénom “Léon”. On dit qu’il « braille », « criaille » et même « paonne ».

Alimentation
Les paons mangent toutes les jeunes pousses, que ce soit de fleurs, de légumes ou d’herbes. Ils se nourrissent aussi de blé ou de maïs concassé. Ils sont omnivores et mangent les petits serpents et les lézards.

Reproduction
Les belles plumes du paon poussent en hiver pour la saison des amours au début du printemps. Chaque mâle délimite son territoire et appelle les femelles pour qu’elles admirent sa danse d’un cri rauque répété, parfois la nuit, en déployant sa traine en éventail : on dit qu’il fait la roue.

Les femelles au contraire ont un plumage qui se confond souvent avec les couleurs du sol, en particulier lorsqu’elles couvent et deviennent alors presque invisibles. Elles pondent entre deux et six œufs au printemps et les couvent pendant près de trente jours, n’abandonnant le nid qu’une ou deux fois par jour pour aller boire et manger. Quand elles quittent le nid, elles poussent un cri répété, cuk, cuk, cuk, cuk pour attirer les prédateurs loin du nid.

Quand les poussins sont sortis de l’œuf, leur mère les entraîne loin du nid dont l’odeur risque d’attirer les prédateurs. Ils sont capables de voleter au bout de quelques heures et de voler pour se réfugier dans les arbres au bout de quelques jours. La nuit ils viennent se blottir contre leur mère et elle les protège avec ses ailes, de la pluie, de la grêle et des attaques des chouettes.

Ils commencent à avoir leur crête au bout de quelques semaines et mettent un an à atteindre leur taille définitive. À la naissance, mâles et femelles ont le même plumage. Au bout de 9 à 12 mois les plumes du cou des mâles deviennent bleues et leur plumage définitif met environ quatre ans à se former. Les paon ne sont adultes qu’au bout d’environ trois ans.

Élevage
En élevage, Le paon bleu est capable de s’acclimater à des régions plus froides que son aire d’origine, du moment qu’il a un perchoir à l’abri du froid et du vent. Les paons se laissent apprivoiser et s’habituent à venir manger à heure fixe, comme les autres animaux de la basse-cour, en particulier dans les parcs zoologiques.

Au Moyen Âge en Europe, c’était à la fois un animal d’ornement et une volaille de luxe, à manger pour les grandes occasions ou sur la table des gens les plus riches. Mais à l’arrivée de la dinde en Europe, celle-ci a pris cette place, étant donné que cette espèce donne plus de viande que le paon et grandit plus vite.

Il existe plusieurs variétés domestiques de paons qui se différencient par leurs coloris : le paon blanc (ou alba) ou les variétés panaché, nigripenne…
Elles appartiennent pourtant toutes à l’espèce du paon bleu !

Vous pourrez le voir dans quasiment tous les parcs zoologiques ainsi que dans de nombreux  jardins d’agréments.